01/11/2006

 oubliée

femme au parapluie

 

Je n'en peux plus de seulement rêver,

Je veux sentir que je suis aimée,

Je n'arrive plus à arreter mes larmes de couler,

J'aimerais qu'on vienne me consoler.

Je ne supporte plus ma solitude,

La douleur est un hiver rude,

Qui me ronge jusqu'aux os, en passant par mon coeur,

Y semer la souffrance et le malheur,

Ca fait mal d'être oublié,

De savoir que pour les autres on n'a jamais existé...

22:09 Écrit par l'ange a perdu ses ailes dans tristes plaintes | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Joli poème mais... C'est un beau poème, mais faut pas te laisser abattre comme ça !!
Les amis ça existe, meme moi si tu veux qu'on se parle, ya pas de problème!!

Écrit par : Gwenndoline | 02/11/2006

très joli

Écrit par : the-end-of-love | 02/11/2006

Waou, trè bien écrit, trè bien décrit...je continu mon pti chemin...!

Écrit par : juste-en-bas | 02/11/2006

trop beau poème :) il est beau ton poème
même très jolie....je...suis pas habituée à aller sur des blog comme le tien...lol
c'est bien ça change un petit peu
ton blog est pas comme les autres, et il est bien!!! ^^

Écrit par : priscilla | 02/11/2006

Beau, mais triste Bravo pour ce blog il est superbe bonne chance pour la suite !

Écrit par : Elise | 02/11/2006

trop beau!!! Tes poemes sont vraiment trop beaux!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : mrfreez01 | 02/11/2006

très beau poème je te souhaite une bonne continuation pour ton nv blog et bonne chance pour la suite

Écrit par : COLOMBE | 02/11/2006

moi je suis la pour te consiler!

Écrit par : louise | 04/11/2006

Courage, c'est juste une mauvaise période a passé...
La vie n'est pas toujours rose!

Écrit par : daryl | 05/11/2006

"Je n'arrive plus à arreter mes larmes de couler,
J'aimerais qu'on vienne me consoler."
Moi aussi... et rien que d'y penser, tout remonte. Que quelqu'un me prènne dans ses bras.. et en meme temps je rejettereai cete personne. Je me sufit a moi meme et je n'ai besoin de personne. Pourtant...

Écrit par : soul scattered | 18/11/2006

Les commentaires sont fermés.