19/08/2007

Et si...

On a arraché mon sourire et déposé des larmes au coin de mes yeux.
L'avenir tel une ombre inquiétante, tel une pente vers la fin. Vite, toujours plus vite. Et le contrôle de la situation est perdu.
Pourquoi dans les griffes de la Mort je me sens plus en sécurité ?
Pourquoi là-bas j'ai pleuré toute la nuit ?
Pourquoi à bout de force j'ai préféré recommencer ?
Pourquoi j'ai appelé à l'aide alors que je suis seule ?
Pourquoi le désir de mourir accroit chaque jour ?
Parce que tout au fond de moi j'ai un mal constant, le silence pesant de l'absence, la peur de la folie et les papillons noirs. Peut-être que si la Mort n'était pas un personnage qui m'attiré tant.. oui peut-être tout aurait différent. Mais la "maladie" quand elle vise ce n'est pas au hazard et on ne peut pas faire grand chose pour l'éviter quand elle vous veut.
J'ai dessiné des pendus qui s'envolent leur corde accrochée à des parapluies dans le ciel. On a tous le droit à un monde imaginaire. Même si celui ci est macabre, la poèsie lui donne un goût de mélancolie.

On devrait les imiter,
Se maquiller un sourire,
Cacher nos envies de mourir,
Et un bonheur s'inventer.

C'est dur la fdouleur,
Quand on ne la voit pas,
On s'entaille les bras,
On s'enferme dans la peur.

C'est la ballade des macchabées,
Comme des pierrots en dépression,
Pas la peine de se poser de questions,
C'est pire que la mort de s'aimer.

Des regards de travers,
Marionettes aux yeux vides,
Défilé des beaux suicidés,
On oubile l'éphémère.

Même les arbres pleurent,
Leurs feuilles se sont envolées,
La tristesse les leur a volé,
Des arbres figés de malheur.

C'est la ballade des macchabées,
Des sourires de dépression,
Et des traces de mutilation,
C'est pire que la mort de s'aimer.

13:53 Écrit par l'ange a perdu ses ailes dans petites traces | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |